Nous sommes actuellement le 19 Août 2018, 19:31


[TET->Deutsch Bank-2016] Tour de France: Le début de la fin

Modérateurs: Cyanide Team, Story Staff

  • Auteur
  • Message
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: présentation

Message13 Mars 2014, 18:08

La Torche a écrit:C'est beau la durée de ta story... GOOD LUCK.


Merci. Et j'espère pourvoir faire quelques saisons encore.
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: présentation

Message13 Mars 2014, 18:51

GIRO début

Etape 1: Taranto(CLM)
Image

Ce Giro s'ouvre par un prologue dans les rues de la cité portuaire Taranto. Et le premier à marquer de son nom le top des temps est français: Reza(FDJ). Et c'est un des favoris de ce tour d'Italie, le second de l'an passé en fait, Ulissi(LAM) qui vient le déloger de deux secondes, montrant qu'il faudra compter sur lui pour le général. Mais plus pour la victoire d'étape car Schmitt(GRM) vient faire mieux de quatre secondes. Insuffisant car se sont deux champions nationaux de la Saxo Bank – FedEx qui vont prendre la tête. D'abord celui d'Australie Porte pour trois secondes, puis celui des Etats-Unis Phinney. Mais un homme va faire mieux, Bauer qui permet à Winamax de déjà réussir son Giro avec une victoire d'étape et le port du maillot rose. Uran prend la sixième place et prend déjà des secondes à ses adversaires tandis que Swift, onzième à quatorze secondes peut espérer prendre la maglia rosa avec les bonifications:

1°) Bauer(WIN)
2°) Phinney(SBF) +0'00
3°) Porte(SBF) +0'05
4°) Schmitt(GRM) +0'08
5°) Kruijswijk(LAM) m.t
6°) Uran(DBK) +0'11
7°) Ulissi(LAM) +0'12
8°) Wetterhall(WIN) m.t
9°) Bertazzo(AND) +0'14
10°) Reza(FDJ) m.t

General:
1°) Bauer(WIN)
2°) Phinney(SBF) +0'00
3°) Porte(SBF) +0'05
6°) Uran(DBK) +0'11
Point: Bauer(WIN)
Montagne:
Jeune:
1°) Koch(DBK)
2°) Gallina(FAV) +0'03



Etape 2: Taranto – Polignano a Mare(PLA)
Uran(95), Swift(95), Gastauer(78), Gaugl(94), Köszegi(94), Koch(90), Steigmiller(86), Willam(77), Schulz(85)
Image

L'échappée met du temps à se mettre en place. Tellement qu'au premier grand prix de la montagne, Uran va s'amuser à passer en tête pour être le premier porteur du maillot de meilleur grimpeur; anecdotique. Ensuite, c'est Schulz, Grömer(VBG), De Kort(VCD) et Guggisberg(PHO) qui vont former l'échappée, qui possède 4'42 d'avance à 50km de la ligne. Mais encore 3'22 à 30km, c'est jouable. D'autant plus qu'à quatorze kilomètres de la ligne, premier coup de théâtre avec une chute massive qui va faire très mal à la Lampre, ses quatre leaders, Ulissi, Kruijswijk, Ruygh et Buts perdront du temps. De même pour la Leopard avec Quintana Rojas, Van den Broeck et Kvasina piégés. Parmi les autres favoris, on trouve Slagter(RAB), Brenes Obondo(VBG), Didier et Porte(SBF), Augustyn(WIN), Sicard et Izagirre Insausti(RSH) et R.Kreder(VCD). Beaucoup de sprinteurs sont également piégés à l'image des HTC Greipel, Gatto, Galimzyanov, Poljanec et Ferrari. Antonov(KAT), Oss(LIQ), Haussler(FDJ), Kluge(SKY), Guardini(FAV), Havik(VCD) et Pavarin(LEO), le grand favori du jour, ne pourront jouer la gagne. Houanard(RAB) plus de ce tour, fracture du crane et abandon. Le peloton va alors ralentir et entrainer l'attaque de Polling(RAB) et Bellis(SKY). La Lotto va essayer de revenir mais c'est bien nous qui lançons idéalement Swift qui va malheureusement échouer derrière les deux attaquants:

Image

Bellis profite des bonifications pour prendre le maillot rose. Les favoris perdent eux 3'26 aujourd'hui sur Jeannesson(ALM), Caruso(AND), Uran, Levarlet(FDJ), Rolland(HTC), Pinot et B.Feillu(LEO), Kreuziger et Goncalves(LIQ), De Gendt(AST) et P.Velits(RSH), rescapés du jour:

1°) Bellis(SKY)
2°) Polling(RAB) m.t
3°) Swift(DBK) m.t
4°) Koch(DBK) m.t

5°) Marcato(IPS) m.t
6°) Ginanni(LIQ) m.t
7°) Appollonio(HTC) m.t
8°) Gallopin(GRM) m.t
9°) Rovny(KAT) m.t
10°) Favilli(LAM) m.t

General:
1°) Bellis(SKY)
2°) Bauer(WIN) +0'02
3°) Swift(DBK) +0'09
Point: Bellis(SKY)
Montagne:
1°) Uran(DBK) 3points
2°) Guggisberg(PHO) 3points
Jeune:
1°) Grömer(VBG)
2°) Koch(DBK) +0'01



Etape 3: Polignano a Mare – Manfredonia(PLA)
Uran(96), Swift(97), Gastauer(81), Gaugl(94), Köszegi(96), Koch(91), Steigmiller(89), Willam(78), Schulz(89)
Image

Deuxième étape ou le scénario d'hier peut se réitérer. C'est à dire une chute massive car le final est étroit et sinueux. Mais avant, la traditionnelle échappée composée de huit coureurs: Schöffman(VBG), Shmalko(KAT), Gastauer, Raimbekov(AST), Fonseca(ALM), House(SBF), Ginanni(LIQ) et Canuti(FAV). Une avance qui va monter à un peu plus de neuf minutes pour être de 8'07 à 100km du but. Derrière, les Leopard et les Omega Pharma – Lotto ont embrayé, diminuant progressivement l'écart, 4'56 à 50km puis 0'59 à vingt kilomètres de la ligne, sa sent le souffre pour l'échappée. Mais l'espoir est encore là et Raimbekov relance à 18km du but:

Image

Dans le peloton, même idée pour Polling(25) qui tente le coup d'hier. Il reviendra sur la tête. Mais il n'est pas le seul à avoir cette idée. A 13km, Sokoll(VBG) et Hsiao(WIN) sortent à leur tour d'un peloton de plus en plus nerveux et c'est un miracle de ne voir qu'une quinzaine de coureurs aller au sol à un peu plus de trois kilomètres de la ligne. Wetterhall(6), Monfort(19) et Sicard(RSH) en font partis et céderont du temps aujourd'hui. Devant, Swift gêné par les coureurs repris n'arrivera jamais à se placer dans la roue de Koch qui ne pourra l'emmener idéalement, au contraire de McCarty qui met Pavarin sur orbite, facile vainqueur:

Image

1°) Pavarin(LEO)
2°) Gallopin(GRM) m.t
3°) Guardini(FAV) m.t
4°) Antonov(KAT) m.t
5°) Viviani(OLO) m.t
6°) McCarty(LEO) m.t
7°) Appollonio(HTC) m.t
8°) Favilli(LAM) m.t
9°) Planckaert(PHO) m.t
10°) Havik(VCD) m.t

11°) Swift(DBK) m.t

General:
1°) Bellis(SKY)
2°) Bauer(WIN) +0'02
3°) Swift(DBK) +0'09
Point: Gallopin(GRM)
Montagne:
1°) Gastauer(DBK) 6points
2°) Guggisberg(PHO) 3points
Jeune:
1°) Grömer(VBG)
2°) Koch(DBK) +0'01



Etape 4: Manfredonia - Campobasso(VAL)
Uran(98), Swift(98), Gastauer(83), Gaugl(94), Köszegi(96), Koch(92), Steigmiller(93), Willam(80), Schulz(91)
Image

Le Giro ne se gagnera pas aujourd'hui, mais il peut se perdre sur cette première étape au profil accidenté. Et on va assister à une grosse bataille pour former l'échappée, celle-ci ne se dessinant réellement qu'à cent kilomètres du but avec Krizek(VBG), Guggisberg(PHO), Silin(KAT), Schulz, Vermelfoort(RAB) et Neyens(OLO), 0'27 devant Paterski(HTC) qui devrait rentrer; le peloton est à 2'14 du polonais. Un peloton qui s'anime toujours comme à 95km où Stark(GRM) et Zoricich(AST) sortent, puis J.Sagan(RSH) à 91km. A ce moment, les Lampre disent stop et se mettent en tête, provoquant les premiers lâchés dont Verhulst(20). Ils reviennent sur les quatre fuyards qui vont multiplier les attaques. Conséquence, à 50km du but, ils sont sept en tête avec 1'47 d'avance sur le peloton, et ils seront repris à 25km de la ligne:

Image

Les Lampre continuent à durcir écrémant considérablement sur des routes étroites où le placement est idéal. Uran l'a bien compris et reste en tête de course bien protéger par Köszegi, qui reprendra les n-ième attaques de Stark, McConnell and co. Il évite également de se faire piégé dans les monts de fin de parcours comme certain leader, à l'image de Didier(SBF), Roche(ALM), Blythe(30), Gallopin(6), Bauer(2), Augustyn(WIN), Quintana Rojas(LEO), Reza(7), Schmitt(4), Hsiao(18), Grömer(13), Gaudin(28), Jerôme(27) ou encore Polling(23). Et autre avantage d'être bien placé, Uran peut contrer Paterski à 14km du but:

Image

Le colombien va prendre une trentaine de seconde d'avance dans le grand prix de la montagne. A sept kilomètres de la ligne, il a encore 0'32 d'avance sur un groupe favori de 42 ou manque tout nos coureurs sauf Köszegi qui s'accroche en queue de groupe, mais aussi T.Pinot(LEO), Kennaugh(24), Siutsou(14), Froome(29), Rovny(24), Viviani(14), Brenes Obondo(VBG) et surtout B.Feillu(25) et P.Velits(11), deux favoris qui avaient évité les chutes du premier jour. Köszegi craquera dans le dernier kilomètre et concèdera du temps au groupe favori. Uran lui a merveilleusement résisté et s'adjuge la première victoire de l'équipe sur un tour d'Italie:

Image

1°) Uran(DBK)
2°) Ulissi(LAM) +0'24
3°) Marcato(IPS) m.t
4°) Buts(LAM) m.t
5°) Ruygh(LAM) m.t
6°) Kreuziger(LIQ) m.t
7°) Caruso(AND) m.t
8°) Mandri(SKY) m.t
9°) Visconti(FAV) m.t
10°) Bellis(SKY) m.t

Avec cette victoire, Uran fait coup double car il prend le maillot rose comme le montre les tops dix suivant:

Image
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: début

Message22 Mars 2014, 12:25

GIRO suite

Etape 5: Campobasso - Pescara(PLA)
Uran(99), Swift(99), Gastauer(82), Gaugl(94), Köszegi(97), Koch(92), Steigmiller(95), Willam(82), Schulz(91)
Image

Première journée en rose pour Uran et pour l'équipe qui va devoir gérer le début de la poursuite de l'échappée de douze qui est parti sous l'impulsion de Kloucek(FDJ). Le tchèque emmène avec lui le sprinteur italien Oss(LIQ), le hollandais W.Kreder(VCD), le lituanien Kruopis(SKY), l'américain House(SBF), le belge Schets(IPS), le français Riblon(ALM), l'autrichien Schöffman(VBG), le russe Shmalko(KAT), le colombien Salazar Castaneda(GRM), le japonais Beppu(RSH) et le sud-africain Janse Van Rensburg(RSH). 6'25 au sprint intermédiaire, soit à 95km de la ligne, quand les Omega Pharma de Viviani et les Leopard de Pavarin décident de stabiliser l'écart puis de le réduire. 4'20 à 50km puis 0'45 à 14km:

Image

A ce moment, Vorobev(WIN), Sokoll(VBG) et l'inévitable Polling(RAB) sortent du peloton pour tenter un coup semblable à Bellis(SKY), vainqueur de la seconde étape. Mais derrière, Gastauer est en place pour lancer Willam et Steigmiller qui reprennent tout le monde. Sauf que Swift tarde à faire son effort et le paye d'une petite neuvième place derrière Viviani qui a parfaitement géré son sprint:

Image

1°) Viviani(OLO)
2°) Gallopin(GRM) m.t
3°) Gatto(HTC) m.t
4°) Favilli(LAM) m.t
5°) Guardini(FAV) m.t
6°) Kluge(SKY) m.t
7°) Pavarin(LEO) m.t
8°) Antonov(KAT) m.t
9°) Swift(DBK) m.t
10°) Havik(VCD) m.t

General:
1°) Uran(DBK)
2°) Bellis(SKY) +0'31
3°) Marcato(IPS) +0'42
Point: Gallopin(GRM)
Montagne:
1°) Uran(DBK) 11points
2°) Schulz(DBK) 7points
3°) Gastauer(DBK) 6points

4°) Salazar Castaneda(GRM) 5points
Jeune:
1°) Stark(GRM)
2°) Köszegi(DBK) +2'57



Etape 6: Pescara - Chieti(VAL)
Uran(98), Swift(97), Gastauer(84), Gaugl(94), Köszegi(97), Koch(93), Steigmiller(98), Willam(84), Schulz(93)
Image

Premier départ de Pescara vers Chieti et son circuit qui comprend le Madonna degli Angeli et le Madonna del Fredo qui devraient faire un peu de dégâts. En tout cas, ils ne découragent pas onze hommes qui s'en vont dont Jay(ALM), Hsiao(WIN), Boaro(SBF) ou Willam, qui nous permet de ne pas rouler. 3'13 à 100km, les Liquigas prennent les choses en main sur le circuit, cassant le peloton. Neyens(10), Ruygh(LAM), Buts(29), T.Pinot(21), Gatto(26), Silin(KAT), Gastauer, Van den Broeck(SBF), Perget(15), Stark(9), Trofimov(5) font partit des lâchés qui reviendront. Pour Bellis(2), B.Feillu(LEO), Krizek(14), Siutsou(20), Gallina(30) ou Zoidl(16), c'en est finit:

Image

L'échappée est logiquement vite reprise. Conséquence, à 63km, Neyens peut sortir du peloton, en compagnie de Huguet(22). Krizek(23) et McConnel(RAB) ont essayé de revenir plus tard mais pris en chasse par Steigmiller, Willam et Schulz, ils ne parviennent pas à prendre le large. Tout le contraire du duo de tête qui possède 4'06 d'avance à 50km. Maillot rose en danger, Uran va sortir à 25km de la ligne avec Visconti(28), McConnel, Krizek, Marcato(3), Caruso(11), Ulissi(LAM) et De Gendt(6):

Image

Seulement devant, Huguet est très fort, lâchant son compagnon belge et s'envolant vers la victoire. Car si il y a un groupe d'homme fort derrière, l'écart ne diminue pas sauf pour le groupe Uran qui voit le reste des favoris revenir. Au final, Huguet remporte l'étape avec 1'40 d'avance sur Neyens qui peut se consoler avec le maillot rose. Uran reprend lui un peu de temps à ses adversaires grâce à la bonification de la troisième place:

1°) Huguet(FDJ)
2°) Neyens(OLO) +1'40
3°) Uran(DBK) +3'12
4°) P.Velits(RSH) m.t
5°) Marcato(IPS) m.t
6°) Visconti(FAV) m.t
7°) Jeannesson(ALM) m.t
8°) Kreuziger(LIQ) m.t
9°) Gallopin(GRM) m.t
10°) Levarlet(FDJ) m.t

Les français sont présents dans le top dix de l'étape mais également sur le podium provisoire de ce Giro avec Huguet qui revient troisième juste derrière Uran comme le montre les top dix suivants:

Image
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: Partie I

Message29 Mars 2014, 07:22

GIRO

Etape 7: Pescara – Porto Recanati(PLA)
Uran(98), Swift(99), Gastauer(82), Gaugl(95), Köszegi(97), Koch(93), Steigmiller(98), Willam(86), Schulz(94)
Image

Retour à Pescara pour le troisième événement du Giro 2016 dans cette ville, après une arrivée et un premier départ hier. Mais contrairement à l'étape 6, le peloton du tour d'Italie va longer la mer, pour une étape propice aux sprinteurs, une des dernières. Étape nerveuse où l'échappée va se former tardivement, à 120km de la ligne seulement. Mais le trou se fait alors rapidement. A 100km, Wetterhall(WIN), Ginanni(FAV), Kloucek(FDJ), Failli(FAV) et Janse Van Rensburg(RSH) ont 0'52 d'avance sur House(SBF), Kruopis(SKY), Polling(RAB) et Schöffman(VBG). Le peloton pointe à 5'12 du quatuor. Les deux groupes se réuniront au sprint intermédiaire avec une avance de 6'19, moment choisit par les Leopard et les Lotto pour accélérer. Et avec les 37km/h de vent, le peloton s'étire et casse:

Image

4'02 à 50km, le peloton peut revenir mais pas Kruijsiwjk(19), D.Martin(29), Krizek(13), Paterski(25), Ruygh(24), Zoidl(14), Siutsou(22) ou Zoricich(26) qui ne peuvent suivre et perdront du temps dans la bordure. Mais ils ne seront pas les seuls à en concéder dans l'opération. En effet, le rythme fou ajouté au sprint qui se prépare rendent le peloton extrêmement nerveux. Trop en fait car à dix kilomètres de l'emballage annoncé, un coureur de la Rabobank chute dans un virage, en tête de peloton:

Image

Steigmiller, Köszegi et Gaugl sont au sol et Swift sera ralentit et abandonne ses espoirs de victoire comme beaucoup. Concernant les coureurs bien placés au général, T.Pinot(17), De Gendt(7), Caruso(10), Jeannesson(9), Ulissi(18), Van den Broeck(20), Rolland(12), Kennaugh(19), Trofimov(6), Goncalves(8), Kreuziger(5) et Perget(23) vont concéder un peu plus de deux minutes sur les 32 qui se jouent la gagne. Dans ces 32, on trouve Neyens, leader du général, mais aussi Uran qui va encore prendre du temps à ses adversaires tout comme Levarlet(FDJ) et P.Velits(RSH), les seuls leaders à avoir éviter la chute. Concernant la gagne, Koch a essayé mais il ne peut rien faire face aux italiens qui dominent le top dix, à l'image de Gatto, vainqueur:

1°) Gatto(HTC)
2°) Guardini(FAV) m.t
3°) Gallopin(GRM) m.t
4°) Antonov(KAT) m.t
5°) Marcato(IPS) m.t
6°) Visconti(FAV) m.t
7°) Kluge(SKY) m.t
8°) Koch(DBK) m.t
9°) Sokoll(VBG) m.t
10°) Uran(DBK) m.t

General:
1°) Neyens(OLO)
2°) Uran(DBK) +0'29
3°) Huguet(FDJ) +0'36
Point:
1°) Gallopin(GRM) 73points
2°) Uran(DBK) 54points
Montagne:
1°) Huguet(FDJ) 15points
2°) Schulz(DBK) 13points
Jeune:
1°) Gaugl(DBK)
2°) Schulz(DBK) +0'33
3°) Köszegi(DBK) +1'08

4°) Van Snick(IPS) +2'39


Etape 8: Porto Recanati - Cagli(VAL)

Uran(98), Swift(99), Gastauer(83), Gaugl(95), Köszegi(97), Koch(94), Steigmiller(99), Willam(87), Schulz(94)
Image

La montagne approche, demain. Pour aujourd'hui c'est encore un peu calme car l'étape a beau être classée vallon, elle peut sourire à un sprinteur autant qu'à l'échappée formée de Willam et Te Brake(VCD) qui possèdent 3'32 d'avance à 100km. Vient ensuite la partie délicate de l'étape et petite surprise, Kruijswijk(17), l'un des leaders de la Lampre est lâché en compagnie de Buts. L'ukrainien réintégrera le peloton, pas le hollandais qui ne jouera donc pas la gagne. Pour l'étape en tout cas, Krizek compte la jouer et sort à 62km de la ligne. A 50km, il est revenu à 1'36 de la tête et possède 2'54 d'avance sur le peloton. Il mettra dix kilomètres à revenir devant. Et avec l'aide de Willam, ils laissent Te Brake sur le coté de la route avant que l'autrichien ne lâche l'allemand dans le dernier grand prix de la montagne:

Image

Notre allemand a essayé de le suivre sans succès. Il va quand même se retrouver dans une spécialité qu'il affectionne, l'effort solitaire. En effet, il reste vingt kilomètres à courir et théoriquement, il est plus fort que Krizek dans ce domaine. Mais la théorie ne fait pas la pratique et l'autrichien ne cesse de creuser l'écart. Un écart qui se réduit par rapport au peloton, la faute à un Visconti(FAV) très remuant. Sans succès il ne reprendra pas de temps aux favoris malgré l'aide de Trofimov(KAT) et Marcato(IPS) qui sont sortis également en fin d'étape. Ils reviendront juste à douze secondes de Willam, deuxième de l'étape à 1'52 de Krizek qui offre à Voralberg une belle victoire:

1°) Krizek(VBG)
2°) Willam(DBK) +1'52
3°) Trofimov(KAT) +2'04
4°) Marcato(IPS) m.t
5°) Visconti(FAV) m.t
6°) Uran(DBK) m.t
7°) Neyens(OLO) m.t
8°) De Gendt(AST) m.t
9°) Busche(GRM) m.t
10°) Van Den Broeck(SBF) m.t

General:
1°) Neyens(OLO)
2°) Uran(DBK) +0'29
3°) Huguet(FDJ) +0'36
Point:
1°) Gallopin(GRM) 73points
2°) Uran(DBK) 64points
Montagne:
1°) Huguet(FDJ) 15points
2°) Schulz(DBK) 13points
Jeune:
1°) Gaugl(DBK)
2°) Schulz(DBK) +0'33

3°) Van Snick(IPS) +2'39


Etape 9: Cagli - Carpegna(MON)

Uran(98), Swift(98), Gastauer(83), Gaugl(94), Köszegi(98), Koch(94), Steigmiller(99), Willam(87), Schulz(94)
Image

Voilà enfin la montagne tant attendu par les favoris de ce Giro 2016. Et si beaucoup ont perdu du temps, ils essayeront d'en reprendre sur les pentes de cette première étape montagneuse, la seule qui n'arrive pas en altitude. D'autant plus que demain, ils pourront récupérer un peu avec la première journée de repos. Mais avant on va avoir une première lutte, celle pour l'échappée et le maillot de meilleur grimpeur que vise Schulz. La preuve, il est devant avec R.Kreder(VCD), Failli(FAV), Arashiro(GRM), Phinney(SBF), Chiarini(LIQ), Timmer(RAB) et Gaudin(ALM):

Image

A 90km de la ligne, les huit ont 3'44 d'avance sur Van Asbroeck(IPS), partit à contre temps et qui ne reviendra jamais sur la tête. Le belge est lui 4'14 devant le peloton qui perd des éléments dès le premier col. Il en perdra plus ensuite car à 65km de la ligne, Ruygh(LAM) passe à l'offensive tandis que les RadioShack de P.Velits ont pris les choses en main. La preuve, au sommet du Passo di Viamagio, ils ne sont plus que 62 dans le peloton sans Swift, Koch, Steigmiller et Willam, ou encore Monfort(SKY), Froome(WIN), Silin(KAT), Viviani(26), Kennaugh(13), Bellis(24) ou Roche(ALM). Toujours 62 à 40km de la ligne alors qu'ils ne sont plus que six en tête, 2'01 devant Ruygh qui a repris Gaudin et Timmer. Le peloton est à 2'03. Ruygh reviendra à 26km de la ligne, deux kilomètres avant que la bagarre ne commence chez les favoris:

Image

Leader de l'homme revenu en tête, Ulissi(16) déclenche les choses, suivit de Brenes Obondo(VBG), Uran, Van Den Broeck(19), De Gendt(7), Levarlet(5), P.Velits(6), Caruso(9) et Rolland(10). Au final, se sont les italiens de la Lampre et d'Androni, Ulissi et Caruso, le slovaque P.Velits, notre colombien Uran et le français de HTC, Rolland, qui parviennent à faire un écart sur le peloton favori avant la descente du Passo di Cantoniera. Et à 15km de la ligne, au pied du dernier col, le [color=#008000]Monte Carpegna[/color], R.Kreder et Ruygh ont 1'01 d'avance sur Chiarini. A 0'51, le duo P.Velits et Schulz tandis qu'Uran est à seize secondes avec Rolland, Ulissi et Caruso. Le peloton favori est à trente secondes mais ne reviendra pas.

Image

La faute à Ulissi, Caruso et P.Velits qui remettent une cartouche à 14km. Uran, Rolland et Chiarini, résistant de l'échappée matinale, ne peuvent suivre mais profiteront du retour de Levarlet pour revenir quand devant ça se regarde. Conséquence, à 14km, le groupe favori comporte quatorze éléments avec Augustyn(WIN), P.Velits, Uran, Ulissi, Rolland, Caruso, Van Den Broeck, Buts(LAM), Levarlet, Goncalves(22), Kreuziger(20), Tratnik(25), De Gendt et Chiarini. Enfin peu de temps car Ulissi ressort avec Uran, P.Velits et Caruso. Devant, R.Kreder sent le danger et part seul. Il bascule avec 0'25 d'avance sur Ulissi, Caruso et Uran. Suffisant pour aller au bout car il peut lever les bras tandis que notre colombien se contente de la quatrième place, mais reprend le maillot rose:

Image

1°) R.Kreder(VCD)
2°) Ulissi(LAM) m.t
3°) Caruso(AND) m.t
4°) Uran(DBK) m.t
5°) Buts(LAM) m.t
6°) Levarlet(FDJ) m.t
7°) Goncalves(LIQ) m.t
8°) Rolland(HTC) m.t
9°) P.Velits(RSH) m.t
10°) Augustyn(WIN) m.t

La première semaine se termine donc sur ces différents top dix:

Image
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: Partie I

Message15 Mai 2014, 20:22

GIRO suite 2

Etape 10: Rimini - Cesena(CLM)
Uran(95), Swift(96), Gastauer(82), Gaugl(94), Köszegi(97), Koch(94), Steigmiller(96), Willam(85), Schulz(93)
Image

Premier vrai contre la montre individuel après le prologue du premier jour. Et l'on devrait voir les spécialistes à l'œuvre et pourquoi pas Steigmiller ou Willam créer une petite surprise. Uran devra limiter la casse sur les meilleurs rouleurs, comme P.Velits et De Gendt, mais aussi reprendre du temps aux purs grimpeurs. Mais avant le passage du maillot rose, le premier temps de référence est signé Riblon(ALM). Malheureusement pour le français, le champion d'Italie de la spécialité est en forme et Bertazzo(AND) explose le temps de français de 2'08. Mais peut après, c'est un autre champion national qui vient se placer à la première place, Phinney. Le champion des Etats-Unis met quarante secondes de moins que celui d'Italie, pour un temps sur beaucoup vont se casser les dents. L'armada Winamax, Wetterhall et Bauer finissent à 1'38 et 1'14. Steigmiller, notre mieux classé ce soir, concède 0'45. De Gendt laissera 0'52 et P.Velits 1'12 mais tout deux reprennent du temps à Uran. Pas tant que ça car le colombien est seizième de l'étape et concède 1'39 à Phinney, vainqueur de cette étape donc:

1°) Phinney(SBF)
2°) Porte(SBF) +0'30
3°) Bertazzo(AND) +0'41
4°) Pantano Gomez(AST) m.t
5°) Steigmiller(DBK) +0'46
6°) Gruzdev(AST) +0'50
7°) De Gendt(AST) +0'53
8°) Kreuziger(LIQ) +1'05
9°) Ulissi(LAM) +1'09
10°) P.Velits(RSH) +1'13

General:
1°) Uran(DBK)
2°) P.Velits(RSH) +2'29
3°) Levarlet(FDJ) +2'48
Point:
1°) Uran(DBK) 78points
2°) Gallopin(GRM) 73points
Montagne:
1°) R.Kreder(VCD) 26points
2°) Schulz(DBK) 21points
Jeune:
1°) Schulz(DBK)
2°) Gaugl(DBK) +0'23
3°) Köszegi(DBK) +8'02

4°) Gallina(FAV) +9'15



Etape 11: Cesena - Farrara(PLA)
Uran(95), Swift(96), Gastauer(83), Gaugl(96), Köszegi(98), Koch(95), Steigmiller(95), Willam(85), Schulz(94)
Image

Les étapes de plaine vont commencer à se faire rare sur ce tour et les sprinteurs devraient faire travailler les équipiers pour revenir sur le groupe de dix qui a pris les devants. Pas de danger dans ce groupe qui comprend entre autre W.Kreder(VCD), Polling(RAB) ou Canuti(FAV), nous laissons donc filer, 6'23 à 100km. Oui mais voilà, alors qu'on s'attend à voir les Lotto et les Leopard venir prendre la chasse en main, ils ne le font pas et c'est à Köszegi, Gaugl, Gastauer et Schulz de ramener la meute:

Image

Le travail est efficace pour revenir à 4'05 à 50km. On va encore descendre l'écart de une minute avant que nos jeunes grimpeurs ne saturent. Et à ce moment, les Leopard se montrent enfin, bientôt suivis par les Omega Pharma – Lotto, classique quoi. Mais ce n'est plus le même rythme et l'échappée sera reprise de justesse, sous la flamme rouge. Le sprint était déjà bien lancé et encore une fois, Swift est loin quand il lance son effort et ne peux rien faire face à Gatto:

Image

1°) Gatto(HTC)
2°) Pavarin(LEO) m.t
3°) Gallopin(GRM) m.t
4°) Guardini(FAV) m.t
5°) Kluge(SKY) m.t
6°) Swift(DBK) m.t
7°) McCarty(LEO) m.t
8°) Haussler(FDJ) m.t
9°) Havik(VCD) m.t
10°) Favilli(LAM) m.t

General:
1°) Uran(DBK)
2°) P.Velits(RSH) +2'29
3°) Levarlet(FDJ) +2'48
Point:
1°) Gallopin(GRM) 89points
2°) Uran(DBK) 78points
Montagne:
1°) R.Kreder(VCD) 26points
2°) Schulz(DBK) 21points
Jeune:
1°) Schulz(DBK)
2°) Gaugl(DBK) +0'23
3°) Köszegi(DBK) +8'02

4°) Gallina(FAV) +9'15



Etape 12: Ferrara - Croce D'Aune(VAL)
Uran(95), Swift(95), Gastauer(83), Gaugl(95), Köszegi(98), Koch(94), Steigmiller(94), Willam(85), Schulz(94)
Image

Course de côte dans le difficile Croce d'Aune? Réponse dans un peu moins de deux cents kilomètres. Avant, la traditionnelle échappée avec huit hommes. Enfin tout d'abord sept avec Sokoll(VBG), Van Stayen(OLO), Galimzyanov(HTC), Gouwenhoven(VCD), Guggisberg(PHO), Van Asbroeck(IPS) et Petitto(LIQ), car Salazar Castaneda(GRM) est en chasse jusqu'à 125km de la ligne, ou il rentre devant. Ensuite, 7'49 à 100km puis 8'00 d'avance maximal et 4'55 à 50km suite à l'accélération des Inbrew – Plakosmith de Marcato et les Astana de De Gendt. Et au pied de la montée finale, à 8,5km de la ligne, l'échappée a 49s d'avance sur un peloton nerveux par la route étroite, qui va piéger Uran:

Image

Grosse frayeur pour notre leader qui va se battre, se faufiler et profiter de l'aide de Schulz et Köszegi pour revenir sur la tête. D'autres vont y laisser des plumes à l'image de Jeannesson(8), Goncalves(11), Rolland(6), Kreuziger(10), Brenes Obondo(27), Slagter(30), Buts(15), Trofimov(16), Van Den Broeck(15), Busche(17), Tratnik(19), T.Pinot(14), Neyens(29), McConnell(27), Ruygh(22) ou B.Feillu(28). D'autant plus que devant, Marcato(13), mais aussi Ulissi(7) et De Gendt(4) passent à l'offensive. Uran se jette alors dans la roue du trio:

Image

Visconti(9), Caruso(5) et Levarlet(3) vont tenter de s'accrocher. P.Velits(2) ne peux lui pas attaquer et se contente de suivre Stevenson qui va faire un travail remarquable pour son leader, lui permettant de limiter la casse. En effet, le slovaque ne va concéder qu'un peux plus d'une minute au vainqueur du jour, mais trop pour rester sur le podium. Une place que conforte Uran qui reprend du temps à ses adversaires via les bonifications obtenus avec sa seconde victoire, juste devant De Gendt et Ulissi:

Image

1°) Uran(DBK)
2°) De Gendt(AST) m.t
3°) Ulissi(LAM) m.t
4°) Marcato(IPS) m.t
5°) Visconti(FAV) +0'35
6°) Caruso(AND) +0'48
7°) Levarlet(FDJ) m.t
8°) P.Velits(RSH) +1'12
9°) Stevenson(RSH) m.t
10°) D.Martin(AST) +1'39

General:
1°) Uran(DBK)
2°) De Gendt(AST) +3'38
3°) Levarlet(FDJ) +3'56
Point:
1°) Uran(DBK) 93points
2°) Gallopin(GRM) 89points
Montagne:
1°) Uran(DBK) 29points
2°) R.Kreder(VCD) 26points
Jeune:
1°) Schulz(DBK)
2°) Gaugl(DBK) +0'23
3°) Köszegi(DBK) +5'27

4°) Gallina(FAV) +7'29


Etape 13: Feltre – San Dona di Piave(PLA)

Uran(95), Swift(94), Gastauer(83), Gaugl(95), Köszegi(98), Koch(94), Steigmiller(94), Willam(84), Schulz(95)
Image

Le calme avant la tempête. Voilà comment on peut décrire cette étape qui est l'une des dernières plates de ce Giro, et qui annonce deux étapes de haute montagne. Les baroudeurs ont d'ailleurs compris que les sprinteurs vont faire main mise sur l'étape car il n'y aura qu'un courageux aujourd'hui, le rouleur suédois Wetterhall(WIN). De plus, il creuse difficilement l'écart, 3'37 à 100km. L'avance montera quand même à cinq minutes, avant que Schulz, Gaugl et Köszegi ne reviennent. Très rapidement d'ailleurs car à 50km, l'homme de tête a 1'07 d'avance sur R.Kreder(VCD), parti peu avant, lui même 0'47 devant le peloton, qui reprendra un duo à 35km de l'arrivée. Pas de quoi décourager R.Kreder qui sort à nouveau. Mais bon, quand c'est pas nous, c'est les Garmin, les Leopard et les Omega Pharma – Lotto qui embrayent, et comme prévu, il y aura sprint massif. Notre train n'arrive pas à se mettre en place, enfermé entre les trains des trois autres équipes qui ont travailler. Et emmené par un McCarty de gala, Pavarin ne peut que rager de se voir doubler sur la ligne par Viviani, tandis que Swift finit loin, septième:

Image

1°) Viviani(OLO)
2°) Pavarin(LEO) m.t
3°) Kluge(SKY) m.t
4°) McCarty(LEO) m.t
5°) Guardini(FAV) m.t
6°) Haussler(FDJ) m.t
7°) Swift(DBK) m.t
8°) Galimzyanov(HTC) m.t
9°) Vachon(LEO) m.t
10°) Antonov(KAT) m.t

Au général, Uran conserve evidemment le maillot rose avec un petit matelat de trois minutes. Mais cela suffira-t-il? Elements de réponse dès la prochaine étape ou les membres du top dix vont pouvoir s'expliquer:

Image
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: Partie III

Message23 Mai 2014, 19:43

GIRO V

Etape 14: Portogruaro – Tre Cime di Lavaredo(MON)
Uran(94), Swift(94), Gastauer(85), Gaugl(95), Köszegi(97), Koch(95), Steigmiller(94), Willam(85), Schulz(95)
Image

Uran avait repris le maillot rose sur la première étape de montagne. Le défi aujourd'hui, c'est de le conserver car le Giro passe vraiment un cap aujourd'hui. En effet, les ascensions vont se multiplier. Bonne occasion pour Schulz qui est devant pour grappiller des points, en compagnie de Green(WIN), Sokoll(VBG), Ferrari(HTC), Kouwenhoven(VCD) et Arashiro(GRM). Et dès la première montée, le Forcella di monte Resi, notre coureur montre qu'il est le plus fort du groupe avec Green, les deux partiront. Derrière, le peloton perd ses premiers coureurs dont McConnell(23) ou Buts(15), lui sur chute, il reviendra. En tout cas, à 100km de la ligne, le duo de tête a 2'38 d'avance sur leurs anciens compagnons qui ont 6'17 d'avance sur un peloton de 116, où se sont les FDJ qui font le gros du travail. Efficace car Schulz est repris au sommet du Passo te Croci, sur une attaque de R.Kreder(VCD), parti en quête de point:

Image

Et le dauphin d'Uran au classement de la montagne n'est pas seul à sortir. En effet, Augustyn(WIN) en est aussi et, plus inquiétant, Ruygh(24) et De Gendt(2), partis tenter un coup de loin pour le second, servir de relai à Ulissi pour le premier. Ulissi qui figure dans le peloton favori, que l'on appellera désormais groupe favori car ils ne sont plus que seize, sans Visconti(8 ), Jeannesson(9), Marcato(10), Kreuziger(11) ou Van Den Broeck(13) pour le top quinze. Uran est lui encore présent avec Köszegi qui sautera à 22km sur une attaque de T.Pinot(18), pour rien. Il est repris avec De Gendt et Ruygh à 15km et c'est un groupe favori de 17 coureurs qui attaque la montée finale:

Image

Dans ce groupe, on trouve les sept premiers du général, à savoir Uran(1), De Gendt(2), Levarlet(3), P.Velits(4), qui a Izagirre Insausti(RSH) à ses cotés, Ulissi(5) qui peut compter sur Kruijswijk(22) et Ruygh(24), Caruso(6) qui est accompagné de Zoidl(AND) et Rolland(7). Ensuite, on trouve Goncalves(12), Trofimov(16), T.Pinot(18) qui vont faire une bonne affaire au général, Augustyn qui semble avoir récupéré de sa chute de début de tour, et R.Kreder qui s'accroche. Il tiendra deux kilomètres car le groupe explose sur une attaque de P.Velits. Il est suivit de Levarlet, Uran, Caruso, Goncalves, Ulissi et De Gendt. Les deux derniers remettent ça à six kilomètres du sommet avec le slovaque:

Image

Les organismes souffrent déjà et cette nouvelle accélération est malheureusement fatale au maillot rose. Uran perd des longueurs mais s'accroche et profite que devant ça se regarde pour revenir à 3km du sommet sur les six autres. Mais dans le dernier kilomètre, il ne peux rien faire sur la nouvelle attaque d'Ulissi qui va s'adjuger l'étape, et reprend plus d'une minute au colombien, tout comme De Gendt, le seul qui a semblé pouvoir suivre le vainqueur du jour:

Image

1°) Ulissi(LAM)
2°) De Gendt(AST) +0'07
3°) Goncalves(LIQ) +0'25
4°) P.Velits(RSH) m.t
5°) Levarlet(FDJ) +0'35
6°) Caruso(AND) m.t
7°) Uran(DBK) +1'11
8°) Ruygh(LAM) +1'28
9°) Rolland(HTC) +1'43
10°) Augustyn(WIN) +2'56

Cette étape fait de gros écart et ils seront 17 de moins demain pour cause de hors délai.

General:
1°) Uran(DBK)
2°) De Gendt(AST) +2'28
3°) P.Velits(RSH) +3'21
Point:
1°) Uran(DBK) 105points
2°) Gallopin(GRM) 91points
Montagne:
1°) Schulz(DBK) 40points
2°) R.Kreder(VCD) 30points
Jeune:
1°) Köszegi(DBK)
2°) Gaugl(DBK) +1'15
3°) Schulz(DBK) +1'40

4°) Gallina(FAV) +19'33



Etape 15: Cortina d'Ampezzo – Passo Pordoi(MON)
Uran(94), Swift(93), Gastauer(83), Gaugl(95), Köszegi(97), Koch(95), Steigmiller(94), Willam(83), Schulz(95)
Image

Le Passo Monte Croci, le Passo di Falzarego, le Passo di Fedaia et enfin la montée finale du Passo Pordoi le tout en moins de cent kilomètres, voilà le programme du jour, veille de journée de repos sur le Giro. Est ce que c'est pour ça qu'on voit quatorze coureurs devant? Peut-être. En tout cas, Froome(WIN), Ferrari(HTC), Failli(FAV), Degand(VCD), Phinney(SBF) and co tentent le coup, et prennent 5'58 à 100km de la ligne. Derrière, le peloton roule tranquillou et les coureurs qui ne visent rien se relèvent dès le premier col, où ils basculent à 44 unités avec Uran, entouré idéalement par Köszegi, Gaugl, Gastauer et Schulz:

Image

Steigmiller, Willam, Koch et Swift ont fait le choix de se relever car ils travailleront d'ici trois jours. Mais là n'est pas le sujet, revenons à l'étape et une échappée qui a perdu trois membres, et qui compte 4'30 d'avance à 50km de la ligne, sur un peloton qui comprend toujours 44 hommes, malgré le travail des Lampre d'Ulissi. Les conséquences de ce travail vont se voir dans le Passo di Fedaia ou le peloton reprend Namanyama(AND) et Matheou(FDJ), derniers résistants de l'échappée matinale. Des résistants qui s'amenuisent derrière Ruygh et Kruijswijk qui ont pris le rythme du peloton, ou plutôt du groupe favori qui bascule à douze seulement au sommet:

Image

On retrouve les huit premiers du général, à savoir Uran(1), De Gendt(2), P.Velits(3), Levarlet(4), Ulissi(5), Caruso(6), Rolland(7) et Goncalves(8). En plus, deux Lampre, Ruygh(18) et Kruijswijk(20), un RadioShack, Stevenson, et surprise, le meilleur jeune Köszegi, qui va crever dans la descente. Jeannesson(9) pointe à 1'34 avec Kreuziger(11), T.Pinot(13) et Van Den Broeck(15). Visconti(10) et Trofimov(12) sont eux à 2'17. Devant, Uran assume son rôle en emmenant le groupe dans les premières rampes de la montée finale:

Image

Pas besoin de forcer, les favoris ne semblent pas vouloir que cette étape soit décisive. En effet, la première attaque aura lieu après sept kilomètres de montée avec Caruso, Rolland et Goncalves. Derrière, Uran réussit à hausser le rythme pour revenir. Seul Kruijswijk fera les frais de ce changement de rythme, qu'accentue Ulissi, Levarlet et P.Velits. De Gendt semble plus à la peine et traine en queue de groupe ou c'est le maillot rose qui fait le travail pour revenir et permettre au dix premiers de l'étape d'être classé dans le même temps qu'Ulissi, qui signe son second succès consécutif:

Image

1°) Ulissi(LAM)
2°) Levarlet(FDJ) m.t
3°) Caruso(AND) m.t
4°) P.Velits(RSH) m.t
5°) Ruygh(LAM) m.t
6°) Goncalves(LIQ) m.t
7°) Uran(DBK) m.t
8°) Rolland(HTC) m.t
9°) Stevenson(RSH) m.t
10°) De Gendt(AST) m.t

A noté la belle étape du champion d'Autriche et meilleur jeune de ce Giro Köszegi qui prend la 21ème place de l'étape à 5'30. Il conforte ainsi son maillot qui ne devrait pas échapper à l'équipe sauf cataclysme, comme le montre les classements suivants:

Image
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: Partie V

Message04 Juin 2014, 20:15

GIRO VI

Etape 16: Arabba - Riva del Garda(VAL)
Uran(92), Swift(90), Gastauer(84), Gaugl(97), Köszegi(94), Koch(94), Steigmiller(91), Willam(83), Schulz(94)
Image

Le Passo di Pordoi dès le départ et le Passo di Santa Barbara avec un sommet à 20km de la ligne, voilà le programme. Et dès le départ, un courageux qui sort au drapeau abaissé, Gastauer. Le luxembourgeois sera seul, parti dans un long raid qui lui verra avoir 5'49 d'avance au sommet du premier col puis 11'29 à 100km de la ligne. Dans le peloton, deux-trois chutes comme Villella(PHO), Salazar Castaneda(GRM) ou Phinney(SBF) mais rien d'important si ce n'est les Lampre et RadioShack qui viennent en tête de peloton, pour rien, l'avance du luxembourgeois augmente encore, 14'00 à 50km de la ligne et 14'50 au pied de la montée finale. On pense que c'est gagné mais attention, Astana choisit de faire exploser le groupe favori avant d'arrêter, De Gendt aillant un peu de mal? Qu'importe, se sont les RadioShack qui embrayent et au sommet, Gastauer bascule avec seulement 2'20 d'avance sur un groupe de seize favoris:

Image

Dans ce groupe, on trouve tout les top dix, à savoir Uran(1), De Gendt(2), Levarlet(3), P.Velits(4), Ulissi(5), Caruso(6), Rolland(7), Goncalves(8), Jeannesson(9) et Visconti(10). Kreuziger(11) est encore là mais pas Pinot(12), ce qui devrait profiter à Van Den Broeck(13), Ruygh(15) et Kruijswijk(16). Pour compléter ce groupe, deux coureurs à l'origine de son explosion, Sicard et Stevenson(RSH). Malheureusement pour Gastauer, le groupe de chasse va s'employer dans la descente, la faute à un Ulissi qui prend tout les risque, pris en chasse par Uran qui en prend autant:

Image

Pour eux ça passe, pas pour Jeannesson qui va au sol. Le neuvième du général perdra 3'17 mais gardera sa place. L'italien et le colombien prendront une trentaine de seconde d'avance mais Ulissi ne veux pas rouler pour Uran tout comme le colombien ne veux pas revenir sur son équipier qui a encore deux minutes d'avance. Conséquence, regroupement derrière mais ça repart avec Ulissi, De Gendt, P.Velits et Uran qui vont attaquer Uran tour à tour. Le colombien doit alors aller les chercher, et grille ses chances au sprint pour la victoire. Tout comme Gastauer qui aura tout donné pour rien, il est repris à la flamme rouge et doit se contenter de la huitième place, rageant:

Image

1°) P.Veltis(RSH)
2°) Ruygh(LAM) m.t
3°) Visconti(FAV) m.t
4°) Kreuziger(LIQ) m.t
5°) Stevenson(RSH) m.t
6°) Van Den Broeck(SBF) m.t
7°) Goncalves(LIQ) m.t
8°) Gastauer(DBK) m.t
9°) De Gendt(AST) m.t
10°) Levarlet(FDJ) m.t

General:
1°) Uran(DBK)
2°) De Gendt(AST) +2'34
3°) P.Velits(RSH) +3'07
Point:
1°) Uran(DBK) 118points
2°) Gallopin(GRM) 91points
Montagne:
1°) Ulissi(LAM) 51points
2°) Schulz(DBK) 40points
Jeune:
1°) Köszegi(DBK)
2°) Gaugl(DBK) +7'35
3°) Schulz(DBK) +8'40

4°) Gallina(FAV) +1h07'55



Etape 17: Pavia - Ivrea(PLA)
Uran(92), Swift(91), Gastauer(85), Gaugl(99), Köszegi(96), Koch(94), Steigmiller(91), Willam(85), Schulz(95)
Image

Dernière étape de plaine avant l'ultime étape du Giro vers Milan. Les équipes de sprinteurs vont-elle vouloir se la jouer? On verra. En tout cas nous on ne fera rien. Kouwenhoven(VCD), McConnell(RAB), Canuti(FAV) et Schröder(LAM) ont donc toute chance de remporter l'étape. Seul bémol, ils ne sont sortis qu'à 115km de la ligne et n'ont que 3'30 d'avance à 100km. Mais derrière, ça semble peu concerné et les Vorarlberg et Winamax en profite pour montrer les maillots de tête de peloton. Enfin jusqu'au 78 dernier kilomètre où l'on voit les Leopard et Garmin se mettre en ordre de bataille; ils veulent un sprint. 4'26 à 50km, l'échappée sera repris à douze bornes du but quand une chute survient dans le peloton piégeant deux top trente, Izagirre Insausti(29) et Visconti(10). D.Martin(19) se laisse lui lâcher, ce qui laisse présager de grandes offensives par Astana dans les deux étapes à venir. Mais ça, c'est pour demain et après-demain. Car aujourd'hui c'est sprint et deux trains se forment et rivalisent: les Leopard de Pavarin et les Garmin de Gallopin. Swift se place dans la roue du français qui coupe son effort à 5km de la ligne sans trop qu'on sache pourquoi. Piégé, Swift ne peux changer de roue et dit dieu adieux à la victoire, rageant. Les Leopard font eux un gros travail, créant une cassure pour les onze premiers qui prennent 0'35 d'avance sur le gros de la meute. Heureusement pour Uran, aucun favori n'a fait le sprint remporté par Pavarin:

Image

1°) Pavarin(LEO)
2°) Antonov(KAT) m.t
3°) Viviani(OLO) m.t
4°) Gatto(HTC) m.t
5°) McCarty(LEO) m.t
6°) Guardini(FAV) m.t
7°) Haussler(FDJ) m.t
8°) Favilli(LAM) m.t
9°) Havik(VCD) m.t
10°) Vachon(LEO) m.t

26°) Schulz(DBK) +0'35

General:
1°) Uran(DBK)
2°) De Gendt(AST) +2'34
3°) P.Velits(RSH) +3'07
Point:
1°) Uran(DBK) 118points
2°) Pavarin(LEO) 105points
Montagne:
1°) Ulissi(LAM) 51points
2°) Schulz(DBK) 40points
Jeune:
1°) Köszegi(DBK)
2°) Gaugl(DBK) +7'35
3°) Schulz(DBK) +8'40

4°) Gallina(FAV) +1h07'55



Etape 18: Ivrea - Morge(MON)
Uran(91), Swift(90), Gastauer(85), Gaugl(99), Köszegi(95), Koch(94), Steigmiller(90), Willam(84), Schulz(95)
Image

Il reste quatre étapes. Normalement un sprint à Milan, un contre la montre et deux terribles étapes de montagne avec celle du jour qui sert d'apéritif à celle de demain. Pourquoi? Car seulement 150km et le Colle di Zuccore, le Colle San Fermo puis la montée vers Morge. Et étape de montagne, donc point à prendre mais pas pour Schulz qui se réserve pour demain. C'est donc onze hommes qui forment l'échappée sans Deutsche Bank mais avec Riblon(ALM), Haussler(FDJ) ou encore Bauer(WIN) et Bellis(SKY), les deux premiers maillot rose de cette édition. A 100km, ce groupe a perdu Sokoll(VBG) qui pointe à 1'11, 4'37 devant un peloton de 47 seulement, alors qu'aucune équipe n'a encore durcit. Swift et Steigmiller sont lâchés tout comme Pinot(13), Seeldrayers(20), Brenes Obondo(25), De Luna Davilla(30), Slagter(26), Marcato(17), R.Kreder(29), Visconti(14), Tratnik(18) ou Pantano Gomez(27). Mais tout rentrera dans la descente ou dans la vallée.:

Image

C'est dans cette vallée que les choses changent. Les RadioShack et Astana viennent se placer en tête de peloton et durcissent considérablement. Tant que l'on est dans la plaine, ça va. Mais dans la montée du Colle San Fermo, le peloton explose. L'échappée est reprise à 35km par un peloton de 25 coureurs seulement avec Uran. Köszegi vient de sauter et va monter à son rythme comme l'ensemble de l'équipe. Pas Uran qui lui doit s'accrocher à 31km quand Rolland place une première accélération:

Image

Le français tente de distancer un groupe de douze coureurs seulement composé de Caruso(6), Goncalves(8), Uran, De Gendt(2), Ulissi(5), Levarlet(4), Jeannesson(9), Kreuziger(10) et P.Velits(3) qui a encore deux équipiers, Sicard et Izagirre Insausti. Enfin plus qu'un car l'attaque du coureur de HTC fait sauter l'espagnol, mais aussi Kreuziger, Jeannesson et surtout De Gendt. Devant, Rolland est repris par le groupe de chasse qui se relève ensuite, permettant au quatre lâchés de revenir. Heureusement pour De Gendt qui semble s'être refait la cerise dans la descente car à 7km du sommet, il se dresse sur les pédales et lance les hostilités:

Image

Un test en fait pour voir qui réagit. Sa réponse, il l'obtient rapidement car Levarlet et Caruso font parler la poudre, contrés par Ulissi, P.Velits, Rolland. Gonclaves y va aussi dans un second temps suivit par De Gendt et Sicard. Uran ne peux pas changer de rythme et continu sur celui qu'il a, qui lui permet de reprendre Sicard et De Gendt, et les lâcher. Il monte même plus vite que les coureurs devant et s'arrache pour reprendre Rolland sur la ligne, et surtout, concéder un peu plus de 1'30 à Ulissi, 1'10 à Levarlet et 0'40 à P.Velits, ses principaux adversaires au général maintenant:

Image

1°) Goncalves(LIQ)
2°) Ulissi(LAM) +0'21
3°) Levarlet(FDJ) +0'47
4°) P.Velits(RSH) +1'06
5°) Caruso(AND) +1'14
6°) Rolland(HTC) +1'59
7°) Uran(DBK) m.t
8°) Sicard(RSH) +3'45
9°) De Gendt(AST) +4'04
10°) Jeannesson(ALM) +4'23

A l'image du top dix de l'étape, les coureurs arrivent un par un ou par petit groupe sur une étape qui a fait mal. Ils seront d'ailleurs quinze de moins demain avec des abandons comme celui de Greipel ou Bos. Notons la belle 20ème place de Köszegi qui fait le trou au classement du meilleur jeune sur Gaugl et Schulz, qui se battent pour rentrer dans les trente au général. De Gendt lui perd surement le Giro sur cette étape et le podium et va se battre pour la cinquième place, comme le montre les classements suivants:

Image
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: Partie VI

Message13 Juin 2014, 19:24

GIRO fin

Etape 19: Morgex - Sestrière(MON)
Uran(90), Swift(90), Gastauer(85), Gaugl(98), Köszegi(94), Koch(94), Steigmiller(91), Willam(84), Schulz(95)
Image

Nous y voilà à cette étape peu attendue et crainte par presque tout les coureurs. 218km, et pas un mètre de plat. Un homme fort l'emportera aujourd'hui, mais il faudra en garder pour le chrono de demain, si les favoris ne se départagent pas aujourd'hui. Mais on en doute. En tout cas, Schulz est lui devant pour essayer de remporter le classement par point, même si ça paraît compliqué. Surtout qu'il ne prend pas de point au premier sommet, la faute à un peloton qui reprend la première échappée à trois kilomètres du sommet. Dans cette échappée, Schulz, Tratnik(16), Trofimov(13), Stevenson(RSH), Augustyn(18), Brenes Obondo(25), R.Kreder(28), T.Pinot(12) et Busche(21). Au sommet, ils ne sont déjà plus que 38 dans le groupe favori, puis 37 suite à la chute de Gaugl dans la descente:

Image

On ne sait comment, il n'entraine personne tout comme D.Martin(19), qui verra lui aussi la route de trop prêt. En bas de cette descente, on attaque le col de l'Iseran. Gaugl est revenu avec un groupe pour former un peloton de 61 derrière une échappée de quatre qui s'est enfin formé. Ces fous sortis se nomme Stevenson(RSH), Kunzli(PHO), Brenes Obondo(25) et Trofimov(13). Schulz n'a pas réussit à les rejoindre et ne sera donc pas meilleur grimpeur de ce Giro. Ils basculeront au sommet avec 0'44 d'avance sur Pantano Gomez(27), parti du peloton dans l'ascension, un peloton à seulement 2'34. Le peloton bascule lui avec 47 membres, qui vont se lancer à l'assaut du Colle de Mansenision, déjà le troisième col de la journée. Dans celui-ci, Gaugl, Schulz et Gastauer lâchent, préférant finir à leur rythme, tout comme T.Pinot(12) ou Busche(21). Ils ne sont plus que 32 au sommet dans un groupe emmené par les Lampre, en ordre de bataille:

Image

Ils se mettront en marche dans le terrible Colle de Finestre. Les coureurs revenu dans la descente lâchent aussitôt. Köszegi se met sur son rythme et laisse filer en compagnie de Marcato(17), R.Kreder(28) ou Seeldrayers(23). Visconti(14) est lui le premier top quinze lâché à 44km de la ligne par un groupe qui compte encore 27 unités. Mais quand Buts s'écarte et que Ruygh prend le relai, on perd douze coureurs d'un coup. A 40km de la ligne, le quatuor de tête Brenes Obondo, Stevenson, Pantano Gomez et Trofimov ont 1'34 d'avance sur Kennaugh(WIN), Slagter(29) et Roche(ALM), parti dans la descente précédente. Le peloton est à 2'24 d'eux. Enfin peloton, le groupe de quinze constitué de Ruygh(15) et Kruijswijk(20) qui emmènent pour Ulissi(4). P.Velits(3) a encore Izagirre Insausti(30). Sinon, Uran(1), Goncalves(7), Rolland(8), Levarlet(2), Caruso(5), Kreuziger(10), Jeannesson(9), De Gendt(6) et Augustyn(18) sont seuls:

Image

A l'arrivée sur les Strates Bianchi à 36km de la ligne, l'écrémage continu. Kreuziger, Kruijswijk et Augustyn sautent ainsi que De Gendt, qui finit mal le giro et Goncalves, pourtant impressionnant hier. Enfin aujourd'hui aussi. Car il reviendra au sommet tandis que Rolland a craqué et bascule à 0'50 du groupe de tête. On retrouve donc devant huit hommes, à savoir Uran, Levarlet, P.Velits, Ulissi, Caruso, Goncalves, Jeannesson et Ruygh et ils seront sept au pied de la montée finale, pour la grande bataille. Pourquoi, car Caruso a pris un peu trop de risque dans la descente:

Image

La guerre, elle est lancée par Ulissi qui place la première attaque suivi par Jeannesson et P.Velits. Uran ne réagit pas, se qui encourage Levarlet et Ruygh qui y vont à leur tour, Goncalves restant lui avec le maillot rose. Uran va les reprendre au train, sauf Ruygh qui a rattrapé Ulissi et se sacrifie pour lui. A 5km, l'italien a 0'18 sur son équipier, 0'28 devant un groupe de cinq emmené par Uran. Un maillot rose à nouveau attaqué à 4km de la ligne par Levarlet alors qu'Ulissi creuse, 0'44 d'avance et que Ruygh est repris. Le français s'échappe, pas P.Velits, Ruygh et Jeannesson qui ont encore essayé. Mais Uran est mieux et va même les lâcher sous la flamme rouge. Il finit fort et s'arrache pour revenir sur Levarlet:

Image

Au final, il concèdera onze secondes au français, mais aussi 1'15 à Ulissi qui revient à 0'56 au général, tout se jouera demain sur le contre la montre. Derrière, les écarts sont terrible, il y a déjà 7'15 entre Ulissi et Augustyn, dixième:

1°) Ulissi(LAM)
2°) Levarlet(FDJ) +1'04
3°) Uran(DBK) +1'15
4°) Ruygh(LAM) +1'36
5°) Goncalves(LIQ) m.t
6°) P.Velits(RSH) m.t
7°) Jeannesson(ALM) m.t
8°) Caruso(AND) +3'19
9°) Rolland(HTC) +4'00
10°) Augustyn(WIN) +7'15

A l'image du top dix de l'étape, les coureurs arrivent un par un ou par petit groupe. Köszegi prend la 31ème place, à 30'59. Van Summeren(HTC), 134ème de l'étape est le dernier à en finir aujourd'hui, presque une heure et demie après le vainqueur du jour.

General:
1°) Uran(DBK)
2°) Ulissi(LAM) +0'56
3°) Levarlet(FDJ) +1'45
Point:
1°) Uran(DBK) 134points
2°) Ulissi(LAM) 115points
Montagne:
1°) Ulissi(LAM) 68points
2°) Uran(DBK) 46points
Jeune:
1°) Köszegi(DBK)
2°) Gaugl(DBK) +18'51
3°) Schulz(DBK) +20'09

4°) Gallina(FAV) +1h49'24



Etape 21: Vigevano - Milano(PLA)
Uran(91), Swift(91), Gastauer(86), Gaugl(98), Köszegi(95), Koch(94), Steigmiller(91), Willam(84), Schulz(95)
Image

Dernière étape de ce Giro, dernière échappée donc avec dix courageux, à savoir le français Riblon(ALM), le russe Silin(KAT), les belges Monfort(SKY) et Van Summeren(HTC), le kazakh Gruzdev(AST), l'américain Schmitt(GRM), l'australien McConnell(RAB), l'ouzbek Lagutin(FDJ), l'italien Failli(FAV) et le sud-africain Namanyana(AND). Dommage pour certain, l'étape est plate, pas de quoi utiliser leur capacité de puncheur. Mais avec les gros rouleurs, l'échappée peux croire en ses chances. Le peloton en tout cas la prend au sérieux car on verra toute l'étape les équipiers de Pavarin(LEO) et de Viviani(OLO) en tête. 3'47 à 50km, l'échappée est reprise à vingt kilomètres de la ligne, quand les équipes de sprinteur commencent à penser à s'organiser. Et nous, aussi mais ça s'arrêtera là. Car si on arrive à s'installer, on ne peux rivaliser et Swift, comme d'habitude sur ce Giro j'ai envie de dire, lance de loin, trop loin et ne peux rentrer dans les dix:

Image

1°) Haussler(FDJ)
2°) Antonov(KAT) m.t
3°) Gallopin(GRM) m.t
4°) Gatto(HTC) m.t
5°) Kluge(SKY) m.t
6°) Guardini(FAV) m.t
7°) Pavarin(LEO) m.t
8°) Favilli(LAM) m.t
9°) Planckaert(PHO) m.t
10°) Havik(VCD) m.t

11°) Swift(DBK) m.t


Voilà, ce Giro s'achève. Maintenant, qui en sont les vainqueurs, place aux différents classement. Et pour commencer, parlons des équipes. Avec Ulissi, Kruijswijk et Ruygh, tous dans les 17 au général, la Lampre sort grande vainqueur de ce classement ou la concurrence n'a joué que la seconde place. Longtemps en course, on finit cinquième, loin des autres:

Image


Passons maintenant au jeune, classement encore plus disputé que celui par équipe. Ils se sont tirés la bourre à trois, mais trois de la même équipe. Gaugl, Schulz et Köszegi ont largement dominé ce classement ou un sprinteur est passé proche de la quatrième place. Décevant, et la future génération inquiète un peu et semble peu au niveau au vu des écarts:

Image


Coté grimpeur, Schulz a essayé de garder son titre. Mais difficile d'allier cette objectif avec le rôle d'équipier pour Uran. Car la saison dernière, il l'avait emporté en ayant plus de liberté. Conséquence, cette année, il se contente de la troisième place derrière Uran et Ulissi, qui aura assuré son succès dans le classement en dernière semaine:

Image


Tout les succès de l'italien aurait put l'amener à remporter un autre classement, celui par point. Mais il paye son manque de régularité et son absence sur les étapes vallonnées, où Uran s'est lui toujours placé. Cela lui permet de ramener le maillot rouge à Milan. Swift est lui largué, décevant sur toute les arrivées massives ou presque. Pavarin prend la troisième place et peut regretter ses deux ou trois manqués:

Image


Place maintenant au classement général individuel. Pour rappel, Uran était en tête de 56 secondes avant un contre la montre décisif. A-t-il résisté et remporté le Giro? Ulissi a-t-il été plus fort, prenant la tunique la veille de l'arrivée pour remporter son tour national? Réponse avec ce retour une journée en avance.

Etape 20: Torino - Crescentino(CLM)
Uran(90), Swift(90), Gastauer(86), Gaugl(99), Köszegi(94), Koch(94), Steigmiller(91), Willam(84), Schulz(95)
Image

Voilà, les coureurs ont monté des cols, se sont battus, arrachés pour se départager dans un duel face au temps long de 49km. Ulissi contre Uran, la jeunesse italienne contre la fougue colombienne. Une opposition de style qui couronnera un nouveau vainqueur sur le Giro, ni l'italien, ni le colombien l'ayant déjà remporté. Et si ils ne viseront pas la victoire d'étape, ce n'est pas le cas de Gruzdev(AST), premier gros moteur à en finir pour établir un temps qui ne fera pas office de référence, la faute au champion d'Italie du domaine Bertazzo(AND), qui prend la tête de 0'59. Beaucoup butteront sur ce temps, à l'image de Bauer(WIN), premier maillot rose de cette édition. Mais la victoire ne sera pas italienne, la faute à la Saxo Bank – FedEx. Car dans un premier temps, c'est Phinney qui se place en tête de 0'38 avant que Porte ne signe définitivement le meilleur temps. Mais le suspens est ailleurs. Au premier intermédiaire, le maillot rose d'Uran devient débardeur, il a déjà perdu 0'29, la moitié de son avance. Et au second, il se retrouve à 1'09 de l'italien, maillot rose virtuel, mais Uran peut encore revenir. Mais il n'y arrivera pas, finissant 29ème à 2'38 de Porte tandis qu'Ulissi prend la troisième place de l'étape. A 26 ans, après avoir craqué l'an dernier dans les derniers jours, il remporte cette année son tour national, dans les derniers jours:

1°) Porte(SBF)
2°) Kreuziger(LIQ) +0'27
3°) Ulissi(LAM) 0'30
4°) Busche(GRM) +0'35
5°) Phinney(SBF) +0'59
6°) Pantano Gomez(AST) +1'00
7°) De Gendt(AST) +1'04
8°) P.Velits(RSH) +1'12
9°) Quintana(LEO) +1'28
10°) Kruijswijk(LAM) +1'29

18°) Gaugl(DBK) +2'08
29°) Uran(DBK) +2'38



Vous l'aurez compris, il y a eut une étape de trop sur ce Giro. De montagne ou ce contre la montre? Difficile de dire. En tout cas cette étape aura été décisive pour le podium. Car outre le maillot rose, Levarlet rétrograde aussi d'un rang. Grosse surprise de ce Giro, le français ne peux pourtant rien regretté et sera sans doute satisfait de sa quatrième place. Derrière, Caruso confirme son bon Giro de l'an dernier en faisant un peu moins bien que l'an dernier. Même constat pour Goncalves, encore dans les dix. De Gendt a lui complétement craqué. A la lutte pour le maillot rose en début de semaine, le belge s'est effondré et ne finit que septième devant deux autres français, Rolland et Jeannesson qui portent à trois le nombre de tricolore dans les dix. Un top dix complété par Kreuziger, à un peu moins d'une demi heure d'Ulissi:

Image

Pour le reste de nos coureurs, ils sont loin. Petit bilan personnel:

Uran (2ème à 1'12): Le colombien est le coureur qui a le plus mené le général sur les trois semaines. Mais ça ne suffit pas et il doit s'incliner lors du chrono final. Un bon tour quand même pour le vainqueur de la Vuelta qui confirme qu'il est un coureur de grand Tour.

Köszegi (29ème à 1h31'14): Le champion d'Autriche finit meilleur jeune et a réussit à se montrer plutôt à son aise dans les forts pourcentages. Normal pour ce pur grimpeur, qui a également été le lieutenant d'Uran.

Gaugl (32ème à 1h46'54): Malgré un bon contre la montre final, le second grimpeur autrichien de l'équipe ne parvient pas à rentrer dans les trente. Décroché souvent trop tôt, il ne réussit pas à retrouver son niveau d'il y a deux ans qui l'avait amener dans les quinze du général.

Gastauer (33ème à 1h49'35): Jamais dans le rythme, trop peu en forme, le luxembourgeois n'a pas pu être l'équipier qu'il aurai du être. Problème de préparation sans doute et on espère qu'il fera mieux sur les prochaines courses de trois semaines qu'il effectuera.

Schulz (34ème à 1h51'24): L'allemand complète le tir groupé de l'équipe aux portes du top trente. Troisième meilleur jeune, il n'a pas eut le niveau de l'an dernier qui lui avait permis de finir meilleur grimpeur.

Willam (52ème à 2h45'40): Le coureur allemand réalise la même performance que Gastauer. Pas dans le rythme, il a été décevant, passant à coté de ses chronos. En montagne, pas mieux, ni dans les vallons alors que son profil devrait lui permettre de passer mieux que ça.

Steigmiller (61ème à 3h14'25): Son problème? Il ne tient pas trois semaines. Bien en première semaine, correcte en seconde, il n'a pas existé en troisième. Il faut dire que le profil des étapes lui correspondait pas sauf le contre la montre, ou il est passait à coté et les étapes de plaine ou il n'a pu emmener Swift. Pas un coureur de trois semaines donc.

Swift (64ème à 3h16'05): Décevant. Un sprint réussit, le premier du Giro. Après, l'anglais ne pouvait que jouer une place dans les dix, pas plus, souvent moins à l'image de la dernière étape. Trop de jour de course avant ce Giro? Possible. En tout cas, il va devoir se reposer et oublier pour emmener Degenkolb.

Koch (80ème à 3h47'51): Pas dans le coup, à l'image du train de Swift en fait. Souvent cramé pour emmener le britannique, il est peut-être une des raisons de l'échec de notre sprinteur. Et repositionné dans le train, ça n'a pas été mieux.


Vous l'aurez compris, l'équipe n'a pas forcément été au niveau si ce n'est notre leader qui a assumé son statut. La victoire au classement des jeunes ne compte pas vraiment au vu de la concurrence, celui au classement par point ne suffira sans doute pas à rattraper la déception de la perte du général. Dommage de passer si prêt mais ça permettra d'avoir un Uran revanchard l'an prochain.


POINT CLASSEMENT

individuelle:
1°) Anton(HTC) 460points
2°) Ulissi(LAM) 449points
3°) Uran(DBK) 419points
4°) Taaramae(LEO) 336points
5°) Smukulis(VCD) 310points


équipe:
1°) HTC – Highroad 1123points
2°) Deutsche Bank – KTM 1050points
3°) Leopard Trek 964points
4°) Lampre – ISD 690points
5°) Proteam Astana 534points


victoire:
1°) LCL 20
2°) Deutsche Bank – KTM 19
3°) HTC – Highroad 17
4°) Landbouwkrediet 17
5°) Team Garmin – Cervélo 15
Hors-ligne

Gaz

  • Messages: 512
  • Inscrit le: 04 Août 2011, 14:55

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Giro: fin

Message19 Juin 2014, 20:45

A la sortie de ce Giro, généralement le grand tour le plus favorable au pur grimpeur à cause de ses marathons de la montagne à l'image de la 19ème étape ou du chrono en montée, souvent au programme, et comme l'an dernier, place au dossier sur les jeune grimpeur. Seront répertoriés les jeunes de 24 ans ou moins, ayant plus de 70 en montagne et moins de 65 en contre la montre:

DOSSIER JEUNES GRIMPEURS

Image

Le premier de ces minots, Etxebarria, est basque comme son nom l'indique. Et comme beaucoup de basque, il suit la filiale Euskatel via Orbea Continental, son équipe depuis 2013 et ses débuts. Toujours pas de résultat, mais on a l'impression qu'il a franchit un pallier. A lui de le prouver en gagnant maintenant si il veux changer d'échelon en 2018, à la fin de son contrat.

Direction l'Italie pour le second: Mero. Comme l'espagnol, il a débuté sa carrière en 2013 et est encore dans sa première équipe, De Rosa – Ceramica Flaminia. Le palmarès n'est pas forcement meilleur, même si on peux noter qu'il a finit meilleur grimpeur du Brexia tour l'an dernier. Trop juste au vu de son potentiel qui semble sans limite. En attendant, il lui reste encore une saison pour montrer son vrai niveau.

Pour la suite, on ira en Nouvelle-Zélande et Grim, qui n'a pas l'air de vouloir nous raconter des contes sur le vélo. Ses débuts, il les a fait en 2012 chez PureBlack Racing avant de rejoindre Alicante Frutas, ex Subway, en 2015. Des résultats intéressant depuis, notamment une douzième place sur le Tour du Langkawi l'an dernier, ou sa première victoire sur le tour de l'Azerbaïdjan. Bref, à 23 ans, ce coureur a encore l'avenir devant lui et devrait découvrir le niveau supérieur assez rapidement.

Grand espoir du cyclisme français, Elissonde apparaît dans ce top. Il débute en 2012 au sein de l'équipe nordiste Roubaix Lille Métropole. Il arrive à se montrer à son avantage sans pour autant avoir de grands résultats, mais suffisant pour attirer Europcar qui l'engage en 2015. Une huitième place sur les routes du Sud et sa première victoire cette saison sur un tour malaisien montre qu'il progresse, et laisse penser qu'il puisse aller tutoyer les sommets.

Shkvyrin est peut-être la nouvelle terreur du circuit. En effet, il pratique le vélo depuis peu et après une année amateur en 2014, il rejoint la petite équipe suédoise Tusnad. Il a encore peu couru et n'a donc pas encore de résultat marquant, mais il ne devrait pas tarder au vu du talent du jeune homme.

Encore une fois, on retrouve un autrichien dans ces dossiers via Roth. Ce pur grimpeur dispute sa deuxième saison professionnelle chez RC Arbö – Gourmetfein Wels. Seulement, son palmarès est encore vierge, et son avenir incertain. En effet, il n'a toujours pas prolongé son contrat, et semble devoir se chercher une équipe. A 24 ans, espérons pour lui qu'il la trouve pour enfin lancer sa carrière.

Retour en France pour redécouvrir Basset, le plus jeune coureur coureur de ce top jeune. A 22 ans, ce coureur originaire de la région Rhône – Alpes s'entraine dans des conditions qui vont lui permettre de progresser à vitesse grand V. Mais pour ce faire, il faudra partir de chez les amateurs ou il est actuellement pour rejoindre une équipe pro. Il devrait le faire à la fin de la saison et fait parti des jeunes à surveiller dans l'avenir.

Van Ingen se démarque de la majorité des hollandais en affectionnant la montagne, même si il se défend dans les profil plus vallonnés. Et comme beaucoup de jeunes hollandais prometteur, il évolue sous le maillot orange de la Rabobank Continental depuis début 2015 après une petite année amateur. Pas encore de résultat significatif malgré ses 36 jours de course, et toujours pas de nouveau contrat. Une alerte pour lancer sa carrière ou un signe indiquant qu'il rejoindra l'échelon supérieur via l'équipe mère? Réponse dans les mois qui viennent.

Il est rare de voir un norvégien s'exprimer en montagne, mais c'est bien le domaine privilégier de Nyhus. A 24 ans, il est encore chez Plussbank Cervélo, équipe de ses débuts en 2013. Seulement, son palmares est toujours vierge, sans trace d'une moindre place d'honneur. C'est pourquoi son équipe semble perdre patience et ne l'a pas encore prolongé.

Autre jeune dont l'avenir est incertain, Brenin. Mais cette américain a un CV un peu plus remplie. Pas au niveau des victoires mais au niveau des équipes. En effet, il a commencé en 2012 chez HTC – Highroad avant de rejoindre RadioShack en 2014 pour servir d'équipier, rôle qu'il a parfaitement remplie. Donc si il n'a toujours pas d'équipe, il devrait pouvoir réussir à en trouver une avec pourquoi pas, un rôle de leader.

Direction le Danemark maintenant pour rencontrer Münsberg. Il a galéré deux saisons en élite-2 mais ça a finit par payer. En effet, pour cette saison, il a rejoint Comstar – Lentman Bike, ex Energi Fyn. Le premier pas d'une grande carrière? A suivre. Mais le danois ne doit plus perdre de temps maintenant.

Retour en Espagne, pour découvrir Moré. Et c'est peut-être parce qu'il n'est pas basque qu'il a zappé la case Orbea pour signer son premier contrat pro en ce début d'année, directement chez Euskatel. Ses débuts sont pour l'instant timide et il faudra faire un peu mieux pour voir sa carrière décoller.

Second et dernier espagnol, De la Fuente. A 23 ans, lui aussi dispute sa première saison pro chez Caja Rural. Déjà 21 jours de course, l'équipe lui fait confiance dans un rôle d'équipier qui l'empêche d'avoir des résultats probants. A lui de profiter de ce rôle pour se montrer, progresser et pourquoi pas, rêver d'une plus prestigieuse équipe.

La France n'est pas en manque, étant le pays le plus représenté du top avec Saux, entre autre. Et l'alsacien réalise un carrière similaire à Elissonde, premier français présenté. Une année 2011 en amateur puis recruté par Roubaix Lille Métropole en 2012 et il rejoint Europcar deux saisons plus tard. Et là, son palmarès se remplit, notamment grâce à ses qualités de puncheurs qui l'ont amené deux fois dans les vingt du grand prix de Plouhay, ou encore sur le podium du tour de San Luis cette année.

AG2R a aussi son talent en montagne via Guyonnet. Il commence sa carrière en 2014 dans cette équipe qui lui fait confiance, l'emmenant même sur des grands tour dans un rôle d'équipier voir d'électron libre. Cela lui a même permit de prendre une troisième place d'une étape de la Vuelta l'an dernier. Mais pas dit que cela soit suffisant pour poursuivre l'aventure avec l'équipe basé à Chambéry, qui ne l'a pas encore prolongé.

Enfin, nous finirons avec Blanc qui lui, cherche son premier contrat. A 23 ans, il n'a pas réussit à être engagé et se lance donc sur le circuit amateur. Première étape d'une langue carrière, il faut l'espérer pour ce jeune dont le nom a déjà côtoyer les sommets via un autre sport.

Le renouveau du cyclisme allemand est très discret dans le domaine avec les deux seuls présent dans ce top, avec dans un premier temps Hecht. Un talent certain mais des incertitudes à tenir sur de longues courses font qu'il court actuellement en amateur, pour la deuxième saison consécutive. Un talent qui passe à coté d'une carrière? Possible si il n'arrive pas à être engagé en fin de saison.

Völzke a lui réussi à trouver un contrat, chez LKT Brandenburg. Autre différence avec son compatriote, il est plus complet. Capable de passer les vallons, plus endurant et résistant, il montre également des capacités pour tenir sur les grands tour. Bref, cette allemand a tout pour percer, et pourrait changer d'air à la fin de la saison.

Second hollandais, Van Der Lijke. Lui par contre à tout pour remporter un grand tour si il continue de progresser en montagne. Des regrets possible pour Rabobank qui ne l'a pas gardé fin 2011 dans sa réserve. Une année amateur, puis il se relance chez Konya Torku Seker Spor – Vivelu. Et c'est une grosse saison 2014 qui lui permet de revenir en Europe via Atlas Personnal qu'il rejoint en 2015. La Vuelta l'an dernier, des résultats probants lui donne des envies de mieux, lui qui a refuser de prolonger pour l'instant. Un risque qui pourrait s'avérer payant.

Allons maintenant du coté de la Slovénie pour découvrir Mikelj. Il commence en 2011 chez Sava ou il restera deux saisons et une pause forcée lors de la saison 2014. Une année sabbatique et une confiance renouvelée de la part de son équipe qui le réengage en 2014 ou il y est encore, au moins jusqu'en 2017. A lui de faire des résultats maintenant pour aller plus haut.

Pays de montagne, ce top se termine sur un Suisse, Margani. Il a su compensé ses lacunes de fond par une bonne capacité de récupération et à passer les vallons, qui ont réussit à convaincre son équipe actuelle. En effet, deux saisons convaincantes en amateur lui ont permis de rejoindre la Phonak en ce début d'année. Maintenant à lui de profiter de cette structure pour prendre de la caisse et devenir un grand.


Voilà, s'en est fini de ce dossier sur les jeunes grimpeurs ou, à l'image des autres dossier, ils sont peu à prétendre à une place au top niveau. Mais il y a quand même 2-3 éléments qui pourrait rejoindre cette liste, ou figure les meilleurs grimpeurs dont les capacités en contre la montre ne depasse pas 67.

Image
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Ahava

  • Messages: 1
  • Inscrit le: 23 Juin 2014, 04:25

Re: [TET->Deutsch Bank-2016] Dossier jeunes grimpeurs

Message23 Juin 2014, 04:31

(J'ai pas trouvé la case présentation)

Continue ! C'est génial ! Sache que ça fait une semaine que je lis ton histoire, que j'ai capté chaque mot chaque ligne de ta progression. J'ai même passé le pas de l'inscription pour pouvoir t'encourager à poursuivre, même si t'es sur une version ancienne.

Juste sur les transferts, j'aimerais voir un peu plus les phases de négociation dans le jeu, que tu nous transmets un peu plus aussi ta mentale, quel type de coureur tu recherches par rapport au sponsor, ce que tu faisais au début, un peu moins maintenant. Bref, j'aime bien quand on sent ta stratégie et ta réflexion du moyen et du long terme.

Enfin bref, beau boulot, juste quelques fautes d'orthographe, mais ça c'est parce que je chipote pour le boulot magnifique !

CONTINUE ON T'AIME ! Lol
"Lorsque tu sais parfaitement que quelque chose est bon, est juste, tu n'as pas besoin de le crier sur tous les toits. Si le bon doit se faire, tu dois seulement le faire". Gino Bartali
PrécédentSuivant

Retour vers Récits / Stories

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)